Quelle est la différence entre une petite entreprise et une jeune pousse ?

What’s the difference between a small business and a startup_

Il est devenu courant, peut-être même à la mode, de qualifier de « jeunes pousses » les nouvelles entreprises de toutes sortes. En vérité, la plupart de ces entreprises seraient mieux classées comme des petites entreprises.

Comprendre la distinction entre les termes n’est pas qu’une question de sémantique. C’est un enjeu crucial, qui peut avoir des répercussions sur une entreprise naissante, car elle éclaire tout, des objectifs et des attentes jusqu’aux stratégies et aux modèles de financement.

Innovation et intention

Les différences entre une jeune pousse et une petite entreprise trouvent leur origine dans leur approche respective à l’égard de deux éléments : l’innovation et l’intention.

L’innovation est essentielle à toute jeune pousse, car l’entreprise dans son ensemble repose habituellement sur une idée géniale ou sur une nouvelle façon de faire les choses, conçue pour bouleverser l’ordre existant et offrir une solution de rechange.

Sur le plan des intentions, une jeune pousse nourrit de grands espoirs de croissance et cherche à faire connaître son idée auprès d’un public aussi large que possible, aussi rapidement que possible. Cette démarche est très incertaine et peut prendre des années avant de porter ses fruits. À ce stade, la jeune pousse évolue pour devenir une entreprise établie, et n’est plus vraiment une jeune pousse.

En comparaison, il n’est pas nécessaire que l’idée derrière une petite entreprise soit particulièrement innovante pour que la réussite soit au rendez-vous. Ce n’est pas un concept inédit que d’ouvrir une pizzeria ou une entreprise de plomberie, mais si vos produits et services sont suffisamment bons, votre petite entreprise peut parvenir à dégager un bénéfice.

Une rentabilité soutenue et une valeur stable, plutôt qu’une domination rapide et totale du marché, constituent les résultats souhaités par la plupart des propriétaires de petite entreprise. Vous pouvez ouvrir un deuxième emplacement, ou même ouvrir une petite chaîne de magasins locaux, mais vous ne cherchez probablement pas à devenir une histoire à succès nationale ou internationale de la même manière qu’une jeune pousse le fait généralement.

D’où provient l’argent et quand peut-on espérer un bénéfice

Les jeunes pousses se tournent traditionnellement vers les investisseurs et les sociétés de capital-risque pour financer leurs entreprises naissantes, en offrant une participation au capital en échange d’une injection de liquidités. Avec chaque nouveau cycle d’investissement, la structure de propriété devient plus diffuse.

Il faut parfois plusieurs années de développement et d’investissement avant qu’une jeune pousse ne livre un produit réussi et ne devienne rentable. Dans une écrasante majorité des cas, la jeune pousse ne connaît pas le succès et ferme ses portes dans les trois ans, n’ayant jamais généré de revenus.

Les petites entreprises, en revanche, tentent de réaliser un bénéfice dès leur démarrage et ont tendance à dépendre de prêts d’institutions financières et d’autres prêteurs pour obtenir les fonds dont elles ont besoin. Plutôt que de renoncer à une part de propriété en échange, elles paient des intérêts sur les sommes empruntées.

Le but ultime

Les jeunes pousses ne sont pas faites pour durer éternellement. Si une jeune entreprise est florissante, elle peut devenir une grande entreprise qui s’introduit en bourse ou se fait racheter par une entreprise plus importante. Quoi qu’il en soit, elle finira par évoluer vers une entité différente de l’entreprise novatrice, axée sur les idées, qu’elle était au départ.

Les petites entreprises n’ont pas tendance à poursuivre des objectifs de croissance aussi ambitieux. Elles tentent surtout de demeurer rentables, bien que certaines connaissent des niveaux variables d’expansion, de changement et de développement. Pour de nombreux propriétaires de petites entreprises, la perspective de céder le contrôle à des investisseurs ou à des actionnaires extérieurs est à l’opposé de ce qu’ils souhaitent : rester le patron d’une entreprise stable et cohérente qui pourrait un jour être vendue ou transmise.

 

 

 

 

Opportunités de franchise sont disponibles